samedi 30 novembre 2013

2014, c'est parti ! " LE SQUAT ", comédie

" LE SQUAT " , comédie de Jean-Marie CHEVRET




Nominée «Meilleure pièce comique» aux Molières, «Le Squat» est un boulevard avec tous ses codes mais pas ses clichés.

De nos jours, dans le 16è arrondissement de Paris, un appartement bourgeois est squatté depuis peu par un jeune couple marginal, Samir et Natacha. personne ne s'est aperçu de leur présence dans l'appartement inoccupé puisqu'ils vivent dans la chambre de bonne, grâce à la complicité de Manuel, fils de la concierge.

Ils se croient tranquilles jusqu'au mois de mai. 

Mais, les soeurs Figeac - Jeanne et Maryvonne débarquent sans crier gare et les découvrent. 

L'intervention de Jeanne, pour une fois ferme et décidée, débouche sur une cohabitation forcée, fixée initialement à deux semaines. 

Comment ces deux mondes vont-ils se supporter ?

Au final, voici une pièce qui bouscule allègrement et joyeusement tous nos préjugés.

Sans dévoiler le comment ni le pourquoi des choses, on imagine aisément ce qui a pu me séduire en lisant la pièce "Le Squat" de Jean Marie CHEVRET.

Tout d'abord le style, l'humour, puis le sens de l'écriture... des dialogues modernes... l'anarchie apparente des personnages, tout y est si fou... si vrai à la fois que nous ne pouvons que rire et rire encore de nous-mêmes. Une merveille d'allant, de vivacité! Une foi dans la jeunesse qui est formidable.

Il y a deux styles qui coexistent dans le texte, un style extrêmement bien pensant, un parfait français bourgeois qui a sa poésie propre et puis le style de la rue... quotidien... d'aujourd'hui. 

Et la confrontation de ces deux styles fait que c'est aussi le sujet de la pièce. Par nature et par instinct, je me sens tout à fait en connivence avec le sujet du "Squat".

Cette comédie est faite d'optimisme, de joie et d'amour. Il y a beaucoup d'amour dans l'écriture de Jean-Marie CHEVRET. 

Personnages hauts en couleur aux accents et actions positives où le respect de l'autre est important. "La liberté des personnages est leur destin".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire